Rassemblement du 1er mai

1mai3Pour le Rassemblement du 1er mai 2017, au cimetière du Père Lachaise, devant le mur des fédérés, les Francs Maçons se sont réunis. Ils étaient nombreux, les drapeaux étaient levés et l’émotion se lisait sur les visages. L’évocation de ceux qui ont combattu avant nous tels, Émile Eudes, Jean-Baptiste Clément, Pierre De Geyter, Eugène Pottier et tous les Communards, mais aussi des personnalités comme Pierre Dac, Pierre Brossolette, a participé à la dignité de cette manifestation, mais aussi à retrouver le courage de combattre pour les libertés, si jamais il venait à nous en manquer.

1mai_1

Le chant des partisans

Discours du Grand Maître de la GLMU Alain Tirard

Certains et surtout certaines, prétendent donner à la France une preuve d’amour supérieure aux autres qui serait de lui attribuer des racines qui seraient exclusivement chrétiennes… une sorte de baiser de Judas. A supposer que ce soit vrai, serait-ce un service à rendre à la France de s’en vanter, voire tenir absolument à en convaincre les électeurs.

Pour ma part, je préfèrerais rappeler que nos origines culturelles sont au-delà, chez les philosophes de l’antiquité et aussi dans des traditions populaires païennes et par exemple, nous pouvons penser à des racines gauloises, celtes puisque le 1er mai en ces temps était la fête de Beltaine,  » fête du feu solaire  » rendant hommage à la lumière. Et il a bien fallu attendre que les philosophes du 18ème s’expriment pour nous redonner cette lumière.

Cette Lumière, en ce jour du 1er mai 2017, nous ne sommes pas bien surs qu’elle puisse provenir la semaine prochaine des urnes et il est donc sans doute plus adéquat de penser par nous-même, mais en ayant en tête les idéaux que défendaient les martyrs de la commune de Paris.

Il nous faut:

– penser à ces politiques antipopulaires qui réduisent des êtres humains à l’état de bêtes dans nos rues, qui réduisent des peuples comme les grecs pratiquement à la famine qui atteignent le droit, pourtant constitutionnellement reconnu, au travail.

– penser à ce fait remarquable que l’intelligence collective du peuple a produit pendant cette commune que nous célébrons ici, des lois progressistes qui, après leur suppression par la violence la plus extrême, ont néanmoins été reprises dans les décennies suivantes (citons ici la citoyenneté accordée aux étrangers, nationalisations, créations de services publics, notion de salaire minimum, droit au travail et égalité des salaires pour les femmes, séparation de l’église et de l’état, interdiction des signes religieux ostentatoires, suppression du budget des cultes, développement de l’enseignement laïque).

Parce que nous sommes animés d’un idéal de progression de l’homme et de la société, nous devons donc honorer, comme nous le faisons aujourd’hui ces visionnaires d’hier qui ont été sacrifiés, massacrés sur l’autel du conservatisme par des personnages qui avaient l’audace de se proclamer plus patriotes que le peuple lui-même. Mais honorer ne suffit pas, il nous faut rester fidèles à leurs idéaux, à leurs engagements pour lutter au renforcement des droits et le respect des hommes.

– Et cela implique de redonner à notre école la mission de former non pas simplement des diplômés ayant vocation à travailler ou à être chômeur mais à être aussi des citoyens conscients de leur appartenance une société dont ils puissent comprendre le fonctionnement et donc s’y insérer ensemble.

– Et cela implique aussi de redonner tout son sens politique à la laïcité dont la finalité est bien que les lois qui gouvernent le fonctionnement de ce pays soient prises par les représentants auquel le peuple a délégué son pouvoir et non prises ou censurées par des institutions dont les vérités dogmatiques ne reflètent que des textes d’un autre âge où élaborés dans des cénacles de clercs n’ayant aucune légitimité démocratique.

– Et cela implique que les pouvoirs politiques respectent leurs promesses et les avis des citoyens quand ceux-ci les leur donnent à l’occasion des élections et peut être encore plus et c’est bien la moindre des choses quand ce sont eux-mêmes qui les ont sollicité (dans des referendums ou autres consultations). Se souvenir que le peuple peut aussi être intelligent pourrait de temps à autre être utile aux politiques!

– Et cela implique que les responsables politiques et économiques manifestent un respect des hommes simplement en tant qu’être humain, en traitant à égalité les hommes et les femmes, en ayant un minimum de considération pour la misère qui se répand dans notre société jusqu’à s’étaler dans nos rues, pendant que les richesses ne manquent pas ailleurs.

Oui, tout ceci est l’héritage de la commune que nous devons continuer à défendre.